Coping with COVID: Helping Disadvantaged Local Women Through Tough Times

Participant testing out virtual reality

Large numbers of women in the UK lack the practical skills that allow them to earn a living in the modern, digital economy. Headquartered at the University of Portsmouth, the PONToon (Partnership Opportunities using New Technologies fostering sOcial and ecOnomic inclusioN) project works closely with charities, NGOs, businesses, government agencies and educational institutions to boost the knowledge, employability, self-esteem and confidence of disadvantaged women in Britain and France. Star & Crescent Founding Editor Tom Sykes talks to PONToon's coordinator, Chinasa Ezugha, about the challenges – and opportunities – facing the project in the COVID-19 era.

Tom Sykes: When the lockdown began a few weeks ago, what immediate difficulties did PONToon encounter and how have you dealt with them?

Chinasa Ezugha: 

We’re looking at the situation both as a challenge and an opportunity. Our women beneficiaries are at the heart of this project and we will continue helping them as best we can. So far, we have been able to provide two of our ambassadors, who joined the project as beneficiaries, with the technology they need to continue to work remotely, and we’ve also been updating our website with resources that point people towards things like mental health support, free software alternatives and advice with coping with working from home.

Inevitably, the lockdown has had an impact on some of the work we were planning to deliver. We’ve had to call off numerous workshops for women at different levels with different needs, as well as an event in partnership with The Girls' Network connecting young, disadvantaged women from Portsmouth and across Hampshire with suitable mentors. We also had to postpone a symposium focused on the dissemination of PONToon to an international audience, exploring best practice and how the project could be replicated or serve as a toolkit for other organisations around the world looking to upskill women.

COVID-19 has also made us reflect on how we work and communicate in these tough times. From when we started in 2017 we've emphasised the need for all people – women as well as men and children – to learn digital skills. This has a new relevance now millions of people are at home having to work online. We've been dealing with the question of what does it mean to have digital skills for a while and now people all over the globe are figuring out how to use tech platforms in not only their work but to maintain relationships, stay in touch with family members and so on.

On PONToon we're developing innovative apps such as Job Map and Community Map which will help women find employment without having to leave their homes. Tools like these are critical for those who are unable, for whatever reason, to physically go outside and seek work.

Tragically, the lockdown has endangered women who were already vulnerable. There's been a spike in domestic violence, for example. Do you have specific concerns about the vulnerable women PONToon works with?

A lot of our women are, if you like, hard to reach. They are not always captured in the government data due to being marginalised. Some have had good careers in the past and should be high achievers now, but aren't because of particular vulnerabilities.

Loneliness and lack of social contact is a big worry for us. Before the pandemic, PONToon led a community of learners who had shared values, interests and goals. That sense of community combatted isolation. But it's no longer there and that's a shame.

We’ve also worked with people with substance misuse problems, for whom our project has been a source of motivation and routine. Continuing to train and support these people remotely has limitations and the lack of face-to-face contact isn’t ideal for people in their situations.

My other fear is that, during this lockdown, some women will feel increasingly under pressure in their homes. They'll be spending much more time than usual with partners who may be used to having their own way – and arguments will happen. And of course now there's no option of getting out of the house if the situation reaches boiling point.

Are there many women involved in PONToon who don't have internet access?

Some of the women refugees and asylum seekers have children who live abroad, in faraway countries. Our workshops might have been their only chance of interacting with others from the same parts of the world and who speak the same language. Now, staying in touch virtually with these same people or, more importantly, with their friends and family abroad is impossible without access to computers and the internet. There's an assumption that everyone is online these days, but that isn't true. Even if one of our women has a smartphone they may not be able to afford to buy data or pay for wi-fi in their home. It may be a choice between that and feeding their family. If they are living in temporary accommodation, they may have little or no internet access. If they were dependent on public wi-fi spots before, this is obviously not an option now.

Having been involved with the project and been digitally upskilled, are the women who do have home internet access better equipped to deal with the lockdown?

This goes back to the idea of knowledge transfer. Think of all the mothers in Britain who are having to home-school their children right now. Many aren't aware of the digital resources available. However, PONToon mothers have learned photography, blogging, web design, MS Word and a lot else. It has empowered them to educate their kids in this new environment.

PONToon has transferred this knowledge to the women and, in turn, they are now transferring the knowledge to their children. In fact, kids often grasp this stuff better than adults! But there still has to be an element of parental leadership to ensure that kids avoid online dangers. PONToon's workshops have focused a great deal on online safety. This is especially urgent now during a crisis in which so many families are stuck at home using the internet.

This article was originally published by Star & Crescent.


Participant testing out virtual reality

Un grand nombre de femmes au Royaume-Uni n'ont pas les compétences pratiques qui leur permettent de gagner leur vie dans l'économie moderne et numérique. Basé à l'université de Portsmouth, le projet PONToon (Partnership Opportunities using New Technologies fostering sOcial and ecOnomic inclusioN) travaille en étroite collaboration avec des organisations caritatives, des ONG, des entreprises, des agences gouvernementales et des établissements d'enseignement pour renforcer les connaissances, l'employabilité, l'estime de soi et la confiance des femmes défavorisées en Grande-Bretagne et en France. Tom Sykes, rédacteur en chef fondateur de Star & Crescent, s'entretient avec Chinasa Ezugha, coordinateur de PONToon, des défis - et des opportunités - auxquels le projet est confronté à l'époque de COVID-19.

Tom Sykes : Lorsque le verrouillage a commencé il y a quelques semaines, quelles difficultés immédiates PONToon a-t-il rencontrées et comment les avez-vous surmontées?

Chinasa Ezugha :

Nous considérons la situation à la fois comme un défi et comme une opportunité. Nos femmes bénéficiaires sont au cœur de ce projet et nous continuerons à les aider du mieux que nous pouvons. Jusqu'à présent, nous avons pu fournir à deux de nos ambassadrices, qui ont rejoint le projet en tant que bénéficiaires, la technologie dont elles ont besoin pour continuer à travailler à distance, et nous avons également mis à jour notre site web avec des ressources qui orientent les gens vers des choses comme le soutien à la santé mentale, les alternatives de logiciels libres et des conseils pour faire face au travail à domicile.

Inévitablement, le verrouillage a eu un impact sur certains des travaux que nous avions prévu de réaliser. Nous avons dû annuler de nombreux ateliers pour les femmes à différents niveaux et avec des besoins différents, ainsi qu'un événement en partenariat avec The Girls' Network qui mettait en contact des jeunes femmes défavorisées de Portsmouth et du Hampshire avec des mentors appropriés. Nous avons également dû reporter un symposium axé sur la diffusion de PONToon à un public international, explorant les meilleures pratiques et la manière dont le projet pourrait être reproduit ou servir de boîte à outils pour d'autres organisations du monde entier cherchant à améliorer les compétences des femmes.

COVID-19 nous a également fait réfléchir sur notre façon de travailler et de communiquer en ces temps difficiles. Depuis notre lancement en 2017, nous avons mis l'accent sur la nécessité pour tout le monde - femmes, hommes et enfants - d'acquérir des compétences numériques. Cela revêt une nouvelle pertinence maintenant que des millions de personnes doivent travailler en ligne à la maison. Nous nous sommes penchés sur la question des compétences numériques pendant un certain temps et maintenant les gens du monde entier cherchent à savoir comment utiliser les plateformes technologiques non seulement dans leur travail mais aussi pour entretenir des relations, rester en contact avec les membres de leur famille, etc.

Sur PONToon, nous développons des applications innovantes telles que Job Map et Community Map qui aideront les femmes à trouver un emploi sans avoir à quitter leur domicile. De tels outils sont essentiels pour celles qui sont incapables, pour quelque raison que ce soit, de sortir physiquement pour chercher du travail.

Tragiquement, le verrouillage a mis en danger des femmes qui étaient déjà vulnérables. La violence domestique, par exemple, a connu un pic. Avez-vous des préoccupations spécifiques concernant les femmes vulnérables avec lesquelles PONToon travaille?

Beaucoup de nos femmes sont, si vous voulez, difficiles à atteindre. Elles ne sont pas toujours prises en compte dans les données du gouvernement car elles sont marginalisées. Certaines ont eu de bonnes carrières dans le passé et devraient être très performantes aujourd'hui, mais ce n'est pas à cause de vulnérabilités particulières.

La solitude et le manque de contacts sociaux sont une grande source d'inquiétude pour nous. Avant la pandémie, PONToon dirigeait une communauté d'apprenants qui avaient des valeurs, des intérêts et des objectifs communs. Ce sens de la communauté a permis de lutter contre l'isolement. Mais il n'existe plus et c'est dommage.

Nous avons également travaillé avec des personnes ayant des problèmes de toxicomanie, pour lesquelles notre projet a été une source de motivation et de routine. Continuer à former et à soutenir ces personnes à distance a ses limites et le manque de contact direct n'est pas idéal pour les personnes dans leur situation.

Mon autre crainte est que, pendant ce confinement, certaines femmes se sentent de plus en plus sous pression dans leur foyer. Elles passeront beaucoup plus de temps que d'habitude avec des partenaires qui ont peut-être l'habitude d'agir à leur guise, et il y aura des disputes. Et bien sûr, il n'y a plus aucune possibilité de sortir de la maison si la situation atteint son point d'ébullition.

Y a-t-il beaucoup de femmes impliquées dans PONToon qui n'ont pas accès à Internet?

Certaines des femmes réfugiées et demandeuses d'asile ont des enfants qui vivent à l'étranger, dans des pays lointains. Nos ateliers ont peut-être été leur seule chance d'interagir avec d'autres personnes originaires des mêmes régions du monde et parlant la même langue. Aujourd'hui, il est impossible de rester virtuellement en contact avec ces mêmes personnes ou, plus important encore, avec leurs amis et leur famille à l'étranger sans avoir accès à des ordinateurs et à l'internet. On suppose que tout le monde est en ligne de nos jours, mais ce n'est pas vrai. Même si l'une de nos femmes possède un smartphone, elle ne peut pas se permettre d'acheter des données ou de payer le wi-fi chez elle. Elle devra peut-être choisir entre cela et nourrir sa famille. Si elles vivent dans un logement temporaire, il se peut qu'elles n'aient pas ou peu d'accès à l'internet. S'ils dépendaient auparavant de spots wi-fi publics, ce n'est évidemment plus une option aujourd'hui.

Ayant participé au projet et ayant acquis des compétences numériques, les femmes qui ont accès à l'internet à domicile sont-elles mieux équipées pour faire face au verrouillage?

Cela revient à l'idée de transfert de connaissances. Pensez à toutes les mères britanniques qui doivent actuellement faire l'école à domicile pour leurs enfants. Beaucoup ne sont pas au courant des ressources numériques disponibles. Cependant, les mères de PONToon ont appris la photographie, le blog, la conception de sites web, MS Word et bien d'autres choses encore. Cela leur a permis d'éduquer leurs enfants dans ce nouvel environnement.

PONToon a transmis ces connaissances aux femmes et, à leur tour, elles les transmettent maintenant à leurs enfants. En fait, les enfants comprennent souvent mieux ces choses que les adultes ! Mais il faut encore un élément de leadership parental pour s'assurer que les enfants évitent les dangers en ligne. Les ateliers de PONToon ont beaucoup insisté sur la sécurité en ligne. C'est particulièrement urgent en cette période de crise où tant de familles sont coincées à la maison à utiliser l'internet.

Cet article a été publié à l'origine par Star & Crescent.