PONToon Exhibition Partnership Interview: Tristan Montigny - Amiens Métropole

As part of the PONToon exhibition, an online showcase of the PONToon project created by six project assistants working with Aspex Gallery, several interviews were conducted with project partners to learn unique insights into their involvement with the international project and discover their first-hand experiences of working to upskill and support the employment situations of disadvantaged women in their regions and beyond.

While you’re here, be sure to check out the PONToon exhibition for a beautifully illustrated and interactive showcase that draws from a whole host of past events, useful resources and partner and beneficiary perspectives to provide a detailed snapshot of the PONToon project.

When did you start working as a partner in the PONToon project, and what encouraged you to get involved?

Amiens Métropole has engaged in the PONToon project since the launch of the project in 2015/2016. Unemployment is a particular concern in Amiens, Picardy: the employment rate and average time spent in unemployment is higher in Picardy than it is nationally in France. The region Hauts-de-France is the French region most affected by unemployment (12.8% in 2015) and women are more less likely to have part-time jobs than men, but these figures also apply to Picardy. The city of Amiens needed to take action in order to tackle unemployment issues additionally to reduce disparity between men and women. The innovative tools created by PONToon to support women in their job search was seen as an opportunity to support our beneficiaries.

The PONToon project programme has enabled training exploring new digital technologies for over 1500 women in France and England. Did your organisation focus most on working with women locally, regionally, or bi-nationally?

As a local authority, Amiens Métropole has focused on delivering local training. We implemented a project in an urban area comprising 39 towns. The main challenge for us was to promote the project to local training centres. Indeed, Amiens Métropole manages the PLIE scheme (Local Scheme for Inclusion and Employment). The department service conducted training courses for beneficiaries. Since 2017, the coordination of training courses has been delegated to employment and inclusion organisations. The challenge was therefore to make them aware of our approach in order to be able to implement a new methodology and as a result to remain involved in the PONToon project. This new collaborative approach has led to the training of 48 women, 37 men and 4 trainers.

One red thread in the project workshop programme is photography and film. In the current moment, we think that being able to make images is perhaps more important than ever. Which image-making workshop hosted by another partner would you have most liked to have attended, and why?

Amiens Métropole didn’t provide such training workshops. However, we were inspired by the project ideas of Eastleigh Borough Council. We identify easily to Eastleigh Borough Council as it is also a local authority and deals with the same responsibilities and scope of intervention. The photography project is inspiring and creative and could be replicated with the help of local partners.

As the project draws to a close, is there a particular memory you will carry with you?

I will keep a special memory from the last training course that we ran. While offering feedback on the training course, one beneficiary indicated that she already began to apply what she had learned at home, by searching for jobs on the internet or by looking for useful information at job centres. She even prepared for a job interview with her baby! That was the best evidence that this training helps.

Dans le cadre de l'exposition PONToon, une vitrine en ligne du projet PONToon créée par six assistants de projet travaillant avec Aspex Gallery, plusieurs entretiens ont été menés avec les partenaires du projet afin de recueillir leurs points de vue uniques sur le travail dans le cadre du projet international et de découvrir leurs expériences de première main en matière d'amélioration des compétences et de soutien à l'emploi des femmes défavorisées dans leurs régions et au-delà.

Pendant que vous êtes ici, ne manquez pas de jeter un coup d'œil à l'exposition PONToon, magnifiquement illustrée et interactive, qui s'appuie sur toute une série d'événements passés, de ressources utiles et de points de vue de partenaires et de bénéficiaires pour donner un aperçu détaillé du projet PONToon.

Dans cette interview, Tristan Montigny, Direction Générale Adjointe Attractivité du Territoire à Amiens Métropole, donne un aperçu des activités PONToon de la municipalité picarde.  

Quand avez-vous commencé à travailler en tant que partenaire du projet PONToon, et qu'est-ce qui vous a incité à vous impliquer ?

Amiens Métropole s'est engagée dans le projet PONToon depuis le lancement du projet en 2015/2016. Le chômage est une préoccupation particulière à Amiens, en Picardie : le taux d'emploi et la durée moyenne passée au chômage sont plus élevés en Picardie qu'au niveau national en France. La région Hauts-de-France est la région française la plus touchée par le chômage (12,8% en 2015) et les femmes ont plus rarement un emploi à temps partiel que les hommes, mais ces chiffres s'appliquent également à la Picardie. La ville d'Amiens devait agir afin de s'attaquer aux problèmes de chômage en plus de réduire les disparités entre les hommes et les femmes. Les outils innovants créés par PONToon pour soutenir les femmes dans leur recherche d'emploi ont été perçus comme une opportunité de soutenir nos bénéficiaires.

Le programme du projet PONToon a permis de former plus de 1500 femmes en France et en Angleterre à l'exploration des nouvelles technologies numériques. Votre organisation a-t-elle privilégié le travail avec les femmes au niveau local, régional ou binational ?

En tant qu'autorité locale, Amiens Métropole a mis l'accent sur la formation locale. Nous avons mis en œuvre un projet dans une zone urbaine comprenant 39 communes. Le principal défi pour nous était de promouvoir le projet auprès des centres de formation locaux. En effet, Amiens Métropole gère le dispositif PLIE (Plan Local pour l'Insertion et l'Emploi). Le service départemental a réalisé des formations pour les bénéficiaires. Depuis 2017, la coordination des formations est déléguée aux organismes d'emploi et d'insertion. L'enjeu était donc de les sensibiliser à notre démarche afin de pouvoir mettre en place une nouvelle méthodologie et par conséquent de rester impliqué dans le projet PONToon. Cette nouvelle approche collaborative a permis de former 48 femmes, 37 hommes et 4 formateurs.

Un fil rouge dans le programme des ateliers du projet est la photographie et le cinéma. Dans le contexte actuel, nous pensons que savoir faire des images est peut-être plus important que jamais. À quel atelier de création d'images organisé par un autre partenaire auriez-vous aimé participer, et pourquoi ?

Amiens Métropole ne proposait pas de tels ateliers de formation. Cependant, nous avons été inspirés par les idées de projet du Eastleigh Borough Council. Nous nous identifions facilement à Eastleigh Borough Council car il s'agit également d'une autorité locale et qu'il traite des mêmes responsabilités et du même champ d'intervention. Le projet de photographie est inspirant et créatif et pourrait être reproduit avec l'aide de partenaires locaux.

Alors que le projet touche à sa fin, y a-t-il un souvenir particulier que vous garderez avec vous ?

Je garderai un souvenir particulier de la dernière formation que nous avons dispensée. Tout en donnant son avis sur le cours de formation, une bénéficiaire a indiqué qu'elle avait déjà commencé à appliquer ce qu'elle avait appris chez elle, en cherchant des emplois sur Internet ou en cherchant des informations utiles dans les agences pour l'emploi. Elle s'est même préparée à un entretien d'embauche avec son bébé ! C'était la meilleure preuve que cette formation est utile.